Un jeune entrepreneur est au téléphone, devant son ordinateur portable

Nouveaux pros, nouvelles approches ?

Par le 20 septembre 2018

Elles et ils sont artisan-pâtissière reconvertie, traducteur, couturière, gérants de bar à vins. Elles et ils sont artisans, commerçants, freelances, startupers. Parce que leurs moteurs sont l’autonomie, la liberté, la mobilité, parce qu’ils ont soif de découverte et de challenge, ils entreprennent par choix et ont opté, par conviction, pour de nouvelles formes de travail et de nouveaux modes de fonctionnement, à l’opposé des schémas classiques. Ce sont des professionnels nouvelle génération. Ce sont les néopros.

Au-delà de ce portrait sociologique, les chiffres parlent d’eux-mêmes : 80 % des créateurs d’entreprise ont moins de 40 ans, parmi eux 36 % ont moins de 30 ans, et près de la moitié sont des micro-entrepreneurs. On voit donc bien là l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs, qui n’entreprend pas différemment de ce qu’elle vit par ailleurs, et qui est donc par essence digitale et mobile.

Concrètement, comment vivent-ils leur vie professionnelle ? Adeptes du test and learn, ces néopros n’ont pas peur des solutions nouvelles et n’hésitent pas longtemps avant de confier leurs finances à des néobanques et leurs questions juridiques à des legaltech. Pour leur gestion, ils font naturellement appel à une  comptatech plutôt qu’à un expert-comptable traditionnel. Et l’assurance dans tout ça, pourquoi en serait-il différemment ? D’autant que leur goût du challenge les inciterait plutôt à minorer la perception des risques encourus par leur activité ; et leur vision de l’assureur traditionnel aurait tendance à agir comme un repoussoir…

Sans nul doute, pour accompagner ces néopros, il faut repenser la couverture de leurs risques et leur approche, à toutes les étapes de leur parcours. C’est d’ailleurs bien par exemple la proposition de valeur de Simplis, qui propose des en 3 clics des solutions d’assurance pour les auto-entrepreneurs. Mais aussi la promesse d’insurtechs comme Alan ou + Simple.

Car gageons que ces jeunes pros seront attentifs à ceux des assureurs qui sauront leur proposer des solutions nouvelles qui répondent vraiment à leurs usages et à leurs besoins : des offres prépayées, ou temporaires, ou à l’usage. Ou encore des offres qui épousent la porosité de la frontière pro/perso avec laquelle ils mènent leur vie. A ceux aussi qui sauront mettre en place une relation client dans l’air du temps, vraiment fluide. Parce que pour leur assurance comme pour le reste, ils attendent de l’immédiateté, de la facilité, du zéro papier, pas d’engagement. Sans pour autant transiger, et ils ont raison, avec une exigence de contact humain, de langage clair et sans jargon. Et ce à chaque étape de la vie du contrat, sans rupture d’expérience, qu’il s’agisse de souscription, de gestion, ou de remboursement des sinistres.

Alors oui ! Nouveaux pros, nouvelles approches de l’assurance, et belle possibilité de se réinventer pour les acteurs dits « traditionnels » !